Atteindre le contenu

L’art ancestral de l’origami…

L’univers du papertoy doit avant tout son existence à cette pratique ancienne, dont la base fondamentale est de plier du papier. Pas de papertoys sans origami… Petite rétrospective historique d’un art fondateur, précédant le papercraft moderne, auquel appartiennent notamment les papertoys que nous chérissons ici…

Origami (折り紙 de oru signifiant “pliage”, et kami voulant dire “papier”) est l’Art ancestral japonais du pliage en papier. Le but de l’artiste est de créer une représentation d’un objet, d’une fleur, d’un personnage ou d’un animal (toute autre représentation, même abstraite, étant admise).

L’origami est en réalité d’origine chinoise, et a ensuite été perfectionné par les Japonais. Cet art mêle imagination, géométrie, mathématiques, patience, dextérité et un certain sens de la poésie. A ce titre, cette pratique est extrêmement riche et complète, et nécessite de nombreuses années d’exercice pour atteindre ce qu’on l’on peut qualifier de véritable Art vivant.

L’histoire de l’origami a donc débuté en Chine vers le IIIè siècle avant JC (les avis divergent), avec l’invention du papier par un prêtre bouddhiste (là aussi les avis divergent). L’art de l’origami y est appelé « jiezhi », terme qui regroupe les techniques de pliage de papier et de papier découpé, où le découpage prédomine sur le pliage. L’origami japonais tire probablement ses origines des cérémonies où les pliages permettaient notamment d’orner les tables. Ce qui était alors une activité ludique et décorative est au fil des siècles devenue une discipline complexe, avec ses propres maîtres…

Le Japonnais Akira Yoshizawa est ainsi le père de l’origami moderne. On lui doit entre autre, en plus du nombre impressionnant de modèles qu’il a créés de toute pièce, le système de lignes et de flèches qui est utilisé pour établir les modèles actuels. Akira Yoshizawa, qui a commencé l’origami dans les années 30, a aujourd’hui plus de 88 ans et est une véritable légende vivante au Japon. Il a inspiré la renaissance contemporaine, qui attire désormais des amateurs du monde entier, avec des conceptions toujours plus complexes et de nouvelles techniques : le pliage humide ou wet folding, qui permet au produit fini de mieux conserver sa forme, ou encore les constructions d’origami modulaire (ou kusudama), dans lesquelles plusieurs pièces sont assemblées pour former un tout décoratif…

En Europe, on avait déjà commencé à plier bien avant la connaissance du papier; il s’agissait de plier… du tissu. Ce n’est qu’au XVè siècle que l’origami s’est développé en Occident avec l’arrivée du papier. En effet, le secret de la fabrication de papier (de qualité) restera sino-japonais jusqu’au VIIIè siècle ! C’est lors de la bataille de Talas en 751, que la légende veut que les Arabes, victorieux, firent prisonniers de nombreux Chinois et récupérèrent ainsi le secret, qui fût beaucoup beaucoup plus tard transmis à l’Europe.

L’art du pliage se développe alors essentiellement en Europe de l’Ouest avec une stylistique et des inspirations propres au Vieux Continent, qu’on distingue d’ailleurs très bien des réalisations asiatiques (elles-mêmes différenciées selon le pays d’origine), même si les mélanges ont permis de faire évoluer et de diversifier les modèles.

Souvent cantonné à une activité ludique essentiellement destinée aux enfants, l’origami n’a jamais été aussi tendance en Occident – les magazines de mode en font des articles, les décorateurs s’en inspirent, les marques l’utilisent pour communiquer et la fiction pour valoriser ses héros – la revanche d’un Art ancestral un peu sous-estimé ? Quoiqu’il en soit, je vous ai concocté une petite sélection de haut niveau :)

11 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *