Aller le contenu

Le Kirigami, une Pratique Fondatrice

Si vous avez déjà fabriqué un flocon de neige en papier à la maternelle (en découpant puis pliant une feuille), vous avez fait du kirigami… Proche de l’origami, art du pliage du papier, le kirigami est l’art de la découpe du papier. On parle aussi de sculptures ou d’illustrations en papier. Ces deux pratiques associées l’une à l’autre forment les bases ce que l’on appelle communément le scrapbooking. Passons le « déco ludique », les cartes de voeux, et les accessoires en tous genres (qu’on gardera pour Noël) pour s’intéresser aux oeuvres d’art, imaginées et produites par les maîtres en la matière…

Les origines du kirigami nous amènent en Chine, où l’on pratiquait l’art du jiezhi (ensemble des techniques de pliage et de découpage du papier). Par la suite, le jiezhi s’est répandu dans le monde entier pour former plusieurs écoles. De cet art, sont apparus au Japon l’origami, le kumigami, le chigiri, le kirie, et le kirigami…

Le kirigami n’a pas eu une très grande influence dans le monde en dehors du Japon, et même si c’est en train d’évoluer, il y a encore peu d’informations sur cette pratique. On sait par contre, que l’usage originel de cet art était consacré aux cérémonies religieuses et dans les temples, principalement Shinto. Sa popularité moderne est due à sa flexibilité, à l’engouement pour le papier et à l’essor d’Internet, qui permet de découvrir et de partager ces créations. On peut retrouver le kirigami dans des formes simples, plus complexes ou même tridimensionnelles.

Afin de commencer un projet de type kirigami, il faut tout d’abord choisir le type de papier ou le type de carte que l’on souhaite utiliser. Il faut également prendre en considération la forme, les propriétés, le poids, l’épaisseur et la texture du papier, toutes ces caractéristiques influençant sur le résultat final, qui doit être le plus « parfait possible ». Le kirigami, c’est un peu la quête du Graal et l’école de la patience en même temps…

Côté outils, toute une palette d’ustensiles s’offrent aux kirigamistes en herbe : Ciseaux, couteaux, crayon à mine, gomme, compas, règle, line folder, pinceaux, encres, colle etc. Mais venons en au fait – ou plutôt aux images (superbes), qui valent mieux qu’on long discours…

Des oeuvres qui ne sont pas sans rappeler les travaux de Yulia Brodskaya, qui nous avait soufflé avec ses illustrations en papier !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *